RAMÓ

SAMEDI 02 JUIN – LE BIKINI

On se méfie toujours des artistes à la communication «mystérieuse». Souvent beaucoup d’artifices pour pas grand chose. Alors quand le nouveau venu Ramó se planque derrière un alias mi-homme, mi-toucan (en témoigne la pochette de son premier EP), il y aurait de quoi s’enfuir en courant, avant même d’écouter quoi que ce soit. Cela aurait été fort dommage. Car au-delà de ce visuel naturaliste, on rencontre une singulière écriture chanson, pop et dansante, à la réjouissante tonalité afro.


Ancien guitariste chez les Nantais de Yalta Club, le jeune homme avoue une fascination pour le Douanier Rousseau découvert enfant à Laval, la ville natale du peintre, où le chanteur a grandi. Ses toiles luxuriantes, le premier choc artistique de Ramó, ont nourri l’imagination de cet EP qui s’égaye joyeusement dans les samples d’oiseaux sur fond d’une thématique de retour à la nature.


Empreintes d’une naïveté jamais niaise, les compositions de Ramó déploient une vibration «feel good» contagieuse. Tout comme le pilier de l’art naïf, apôtre d’une fabuleuse nature exotique sans jamais y avoir mis les pieds, Ramó fantasme en musique une jungle idéalisée où humain, animaux et… plantes festoieraient ensemble. Une grande partouze effervescente dont ces trois titres constituent bien évidemment la bande-son parfaite. Avec une préférence pour l’entêtant et solaire Tout ira bien,hit en puissance. Enfin, au moins chez Europe Ecologie-les Verts. Comme peuvent en témoigner ces quelques vers (pas de terre) :«Sommes-nous toujours des hommes si nos pieds sont coupés / Il faudra fuir la ville, nos racines retrouver, rejoindre les arbres et les fleurs de l’été.»

LE MÊME SOIR

BAMAO YENDÉ

BARBAGALLO

BLEU TOUCAN

CABALLERO & JEANJASS

CASUAL GABBERZ

CRAYON live

DO YOU WANT SOME ?

FATAL WALIMA

HAUTE

PALE GREY

SOPICO

THE HORNER

VLADIMIR CAUCHEMAR

IDEM NEVI live - Crédit Agricole Toulouse 31